-- Just added record --

Aujourd'hui, le 25 septembre, European Livestock Voice lance son site web: https://meatthefacts.eu/

La plateforme European Livestock Voice regroupe plusieurs partenaires de la chaîne alimentaire animale, qui se réunissent pour la première fois afin de trouver un équilibre dans le débat concernant l’avenir d’un secteur qui joue un rôle primordial pour la richesse du patrimoine européen. Les associations concernées représentent différents secteurs : santé animale, production d’aliments pour animaux, reproduction, élevage et agriculteurs. Le but est d’informer le public à propos de la valeur de l’élevage de bétail pour la société, et de sa contribution aux défis mondiaux. Ces associations offrent une autre version des débats actuels.

Le groupe de travail Animaux est un partenariat européen entre le public et le privé, réunissant des organisations dans les secteurs de la recherche, de l’agriculture et de l’industrie, qui collaborent afin de rendre le secteur européen de l’élevage plus durable et plus compétitif, en développant les connaissances et en encourageant l’innovation dans l’ensemble de la chaîne de production des animaux.

-- Just added record --

Bruxelles, le 30 août 2019 – Plusieurs médias attirent l’attention sur l’utilisation de soja dans les aliments pour animaux et l’impact éventuel du secteur belge de la viande sur la déforestation et les feux de forêt en Amazonie. Boerenbond, ABS (Algemeen Boerensyndicaat) et BFA (Belgian Feed Association) déplorent ces informations unilatérales et incorrectes et expliquent que la viande produite chez nous ne contribue en aucun cas à la déforestation ou aux feux de forêts qui sévissent actuellement en Amazonie. Les organisations agricoles et les producteurs d’aliments pour animaux demandent de rendre les directives d’approvisionnement en soja de la FEFAC (FFSG) et la norme européenne de durabilité de la FEFAC (la fédération européenne des fabricants d’aliments pour animaux) obligatoires dans toute l’Europe. Les producteurs belges d’aliments pour animaux souscrivent au moratoire Amazonie depuis 2006. Et, depuis 2018, BFA souscrit au manifeste Cerrado. 

Voici un aperçu des faits:
  • Les producteurs belges d’aliments pour animaux n’utilisent pas de soja provenant de terres agricoles déboisées en Argentine et au Brésil après 2006. La viande belge ne contribue donc pas à la déforestation et aux incendies en cours;
  • Le soja grossièrement moulu, qui ne convient pas à la consommation humaine et qui est utilisé lors de la production d’aliments pour animaux, est un sous-produit issu des produits à base de soja destinés à un usage humain;
  • Les sous-produits de graines oléagineuses (comme le soja et le colza) représentaient en 2017 à peine 22 % des matières premières transformées dans les aliments composés, ce qui ne constitue qu’une partie de l’alimentation totale des animaux. Les bovins consomment par exemple 75 à 80 % d’aliments sans soja (herbe, foin, etc.).

Le secteur belge de la viande se concentre depuis des dizaines d’années sur les importations durables

La durabilité est un élément très important pour le secteur, qui a déjà pris de nombreuses mesures pour lutter activement contre la déforestation. L’ensemble du secteur continue à investir dans la durabilité en vue de l’avenir. Malgré les coûts supplémentaires entraînés par les matières premières durables, le secteur des fabricants d’aliments pour animaux investit depuis des dizaines d’années dans la durabilité. BFA, qui représente 98 % des aliments composés belges pour animaux, a mis au point un standard pour le soja durable en 2009 (ce standard fait partie du top 5 dans le monde selon le bureau d’études indépendant Profundo) et travaille avec des certificats de soja durable.


BFA examine également comment valoriser encore mieux les flux connexes issus des industries de l’alimentation et des biocarburants, ce qui implique de mieux utiliser les matières premières existantes. Année après année, BFA réduit ainsi la dépendance aux protéines importées de pays extérieurs à l’UE. Depuis 2011, les importations de soja pour les aliments pour animaux ont chuté de plus de 30 % grâce à l’utilisation de colza grossièrement moulu et de sous-produits issus de l’industrie des biocarburants.

Les importations de soja cultivé de manière durable restent importantes. Une grande partie des terres agricoles belges et européennes convenant uniquement aux pâturages, les ruminants transforment des protéines végétales indigestes pour l’homme en protéines animales digestes pour l’homme (viande, lait). Par ailleurs, l’ensemble de l’industrie de l’alimentation dépend du soja, et pas seulement l’élevage de bétail. Le soja est également présent dans les alternatives à la viande, les substituts végétaux aux produits laitiers, les pâtisseries, et bien plus encore.

Après la production d’huile de soja et d’autres produits à base de soja destinés à la consommation humaine, une grande quantité de soja grossièrement moulu est toujours présente, alors qu’il n’est pas comestible pour l’homme. Les secteurs de l’agriculture et des aliments pour animaux recyclent ce sous-produit, contribuant activement à réduire les déchets. Cet effort ne se limite pas uniquement au soja : le secteur belge des aliments pour animaux valorise chaque année 4 millions de tonnes de flux connexes issus de l’industrie alimentaire.


Continuer à réduire l’impact à l’avenir


La Belgique fait partie des meilleurs élèves à travers le monde en termes de sécurité alimentaire et de durabilité. Le secteur continue toutefois à investir dans la durabilité en vue de l’avenir : BFA étudie par exemple le développement de la culture locale de soja avec l’ILVO (l’institut pour les études sur l’agriculture, la pêche et l’alimentation).

BFA étudie également comment mieux valoriser les flux connexes issus des secteurs de l’alimentation et des biocarburants et a créé le Feed Design Lab à Wanssum, aux Pays-Bas. Cette usine-test hyper moderne examine de nouvelles méthodes de valorisation des flux connexes issus des secteurs de l’alimentation et des biocarburants.


Les organisations agricoles et les producteurs d’aliments pour animaux demandent de rendre les directives d’approvisionnement en soja de la FEFAC (FFSG) et la norme européenne de durabilité de la FEFAC (la fédération européenne des fabricants d’aliments pour animaux) obligatoires dans toute l’Europe. Le soja utilisé dans la production de viande de notre pays satisfait déjà à cette exigence.

******

À propos de BFA
BFA (Belgian Feed Association) compte environ 160 membres. Ensemble, ces membres représentent 93 % de la production nationale. Le secteur emploie 3 700 personnes. Avec une production nationale de 7 millions de tonnes et un chiffre d’affaires de 4,9 milliards d’euros, le secteur des aliments composés pour animaux est le principal fournisseur de moyens de production pour l’agriculture.


À propos de Boerenbond
Boerenbond est la plus grande organisation professionnelle regroupant des agriculteurs et des horticulteurs en Flandre et en Belgique germanophone. Nous œuvrons en faveur d’une agriculture et d’une horticulture dynamiques et durables. Avec plus de 200 professionnels, nous assurons la défense des intérêts du secteur, l’organisation de formations, la fourniture de services, la représentation et la collaboration dans le domaine de la production, des services et des ventes.


À propos d’ABS
L’asbl Algemeen Boerensyndicaat (ABS), un syndicat indépendant regroupant des agriculteurs et des horticulteurs, a été créée au début des années 1960. ABS, qui était au départ un groupe de pression, est devenue au fil des années une organisation agricole reconnue. L’asbl propose par ailleurs des formations reconnues officiellement dans le domaine de l’agriculture et de l’horticulture par le biais du Nationaal Agrarisch Centrum (NAC). L’asbl Adviesbureau van het Algemeen Boerensyndicaat (AABS) a été créée afin de mieux structurer les services proposés aux agriculteurs.

Ces dernières années, ABS est devenue la deuxième organisation agricole en Flandre. À ce titre, l’asbl est fortement impliquée dans l’orientation politique et les discussions au niveau flamand, fédéral et européen. ABS est en premier lieu un syndicat qui défend les intérêts de ses membres, et par extension ceux de tous les agriculteurs et les horticulteurs, en toute indépendance idéologique et commerciale. Tous les agriculteurs et les horticulteurs soucieux de l’avenir de leur exploitation et toutes les personnes extérieures à l’agriculture, mais intéressées par notre secteur, peuvent rejoindre ABS. et Nationaal Agrarisch Centrum (NAC)

-- Just added record --

Het Laatste Nieuws en de Krant van West-Vlaanderen schrijven dinsdag dat “iedereen die biefstuk eet, mee verantwoordelijk is voor het afbranden van het Amazonewoud”. Belgian Feed Association (BFA), de associatie van diervoederproducenten, weerlegt dat. In het kader van de Round Table for Responsible Soy onderschreef BFA in 2006 al het Amazonemoratorium waarbinnen afgesproken werd dat bedrijven vanaf dat moment geen soja meer invoeren die gegroeid werd op percelen die na 2006 ontbost werden in Argentinië en Brazilië. BFA neemt ook tal van maatregelen om de duurzaamheid van diervoeders verder te optimaliseren.  


Belgische veevoedersector strijdt al jaren mee tegen ontbossing 


BFA onderschreef in 2006 al het Amazonemoratorium van de RTRS (Round Table for Responsible Soy). Dat houdt in dat bedrijven vanaf dat moment geen soja meer invoeren die gegroeid werd op percelen in Brazilië en Argentinië die na 2006 ontbost werden. In datzelfde jaar richtte BFA een duurzaamheidsplatform op met drie doelstellingen. De Belgische veevoedersector strijdt binnen dat kader net actief mee tegen de ontbossing.


• Een standaard creëren voor duurzame diervoederstromen in Europa
• Een betere valorisatie van de nevenstromen uit de voedingsindustrie en de biobrandstofindustrie in België
• De afhankelijkheid van de aanvoer van eiwitten van buiten de Europese Unie reduceren

In dit kader werden reeds heel wat concrete realisaties bereikt: BFA ontwikkelde in het kader daarvan een eigen duurzame sojastandaard, die volgens Nederlandse onderzoeksgroep Profundo tot de wereldwijde top vijf behoort. BFA investeert jaarlijks uitvoerig in duurzame sojacertificering en houdt met behulp van auditrapporten over duurzaam gecertificeerde soja de vinger aan de pols.

Bijkomend wordt ook geïnvesteerd in onderzoek: zo werden onderzoeksprojecten opgezet rond lokale sojateelt, betere valorisatie van nevenstromen (vb. vanuit de biofuel industrie, koolzaadschroot, …) en onderzoek naar nieuwe grondstofstromen (algen, zeewieren, insecten, reststromen van groenten- en fruit). Dit heeft reeds geresulteerd in de jaarlijkse valorisatie van 4 miljoen ton nevenstromen uit de lokale voedings- en brandstoffenindustrie (productie van aardappelen, zuivel, bloem, olie, koolzaadschroot en biobrandstof) met een reductie van het gebruik van sojaschroot tot gevolg.


Blijvende verbintenis naar verduurzaming
België staat al aan de absolute wereldtop op vlak van voedselveiligheid en duurzaamheid, maar toch wil de voedersector blijven inzetten op verduurzaming. BFA heeft het gebruik van soja voor 30% vervangen door onder andere koolzaadschroot (350.000 ton op jaarbasis). Toch blijft de import van duurzaam geteelde soja belangrijk: een groot deel van de landbouwgrond in België is enkel geschikt voor grasland, en op die manier wordt de hoeveelheid afval ingeperkt.
De associatie richtte ook het Feed Design Lab op in het Nederlandse Wanssum, een onderzoek- en educatiecentrum voor innovatie en verduurzaming in de diervoersector. De hypermoderne testfabriek onderzoekt nieuwe manieren om nevenstromen uit de voedings- en biobrandstofindustrie te valoriseren.
BFA neemt ook de coördinatie waar van het Europese FEFAC congres 2020 in Antwerpen die de prioriteiten voor de Europese diervoederindustrie voor de volgende 10 jaar (2020-2030) moet vastleggen.

-- Just added record --

BFA est à la recherche de 2 nouveaux collègues :
Connaissez-vous une personne souhaitant travailler dans une équipe dynamique, qui accorde une grande importance à des sujets pertinents pour la société et désireuse de faire la différence ? Dans ce cas, n’hésitez pas à envoyer l’offre d’emploi à cette personne !

-- Just added record --

Depuis le mois de mai 2019, les entreprises produisant des aliments pour animaux peuvent indiquer sur le site Web du Centre du commerce international (CCI) si elles prennent des mesures afin d’acheter du soja durable, qui répond aux directives d’approvisionnement en soja de la FEFAC. Étant donné que la Belgique a opté pour un achat collectif, tous les membres de BFA sont repris sur la liste. Cliquez ici pour retrouver la liste complète.