AMCRA

L'AMCRA fut créée en 2012 par la BFA, les organisations agricoles, le secteur pharmaceutique, les vétérinaires, les autorités et les scientifiques. L’objectif de ce centre de connaissances est d’arriver à une utilisation durable des antibiotiques chez les animaux, pour garder sous contrôle la menace que constituent les résistances aux antibiotiques tant pour l’homme que pour l’animal. Depuis sa création, l'AMCRA a réalisé beaucoup de choses et BFA est impliquée dans les différents dossiers en tant que membre du Conseil d'administration.

En plus des différents avis émis en matière de réduction de l’utilisation d’antibiotiques, l'AMCRA a également lancé plusieurs campagnes de sensibilisation disponibles sur leur site.

L'AMCRA et ses partenaires ont lancé en 2014 le Plan de vision 2020. Ce plan d’action comprend 10 objectifs et points d’action et vise 3 objectifs concrets (avec 2011 comme année de référence):

1. 50% d’antibiotiques en moins d’ici 2020

2. 75% des antibiotiques les plus critiques en moins d’ici 2020

3. 50% d’aliments médicamenteux avec antibiotiques en moins d’ici 2017

Les chiffrens belges et européens donnent un bon aperçu des réalisations de ces dernières années.  Cependant le bon travail doit se poursuivre.  C'est pourquoi un Plan Vision 2024 a été élaboré au sein de l'AMCRA pour poursuivre des objectifs encore plus larges après 2020.   

Mesures supplémentaires pour le secteur des aliments composés pour animaux

Grâce aux différents efforts consentis, une diminution significative de l'utilisation d'antibiotiques via les aliments médicamenteux a été réalisée depuis 2011.

En 2013, BFA a élaboré un plan d'action pour la réduction des antibiotiques, qui comprend 4 objectifs principaux.

1. Promouvoir les bonnes pratiques et sensibiliser les acteurs de la chaîne alimentaire 
A cette fin, le secteur organise régulièrement des formations et des sessions d'information, y compris sur le système de dosage fin (FDS), la Convention Aliments Médicamenteux, etc.  BFA soutient également des initiatives de tiers (par ex. les journées d'étude d'AMCRA), afin de toucher le plus de groupes-cible possible (vétérinaires, gouvernement, fabricants, etc).  

2. Développer des alternatives aux antibiotiques 
BFA contribue au développement d'alternatives aux antibiotiques, notamment grâce à des recherches sur l'utilisation d'oxyde de zinc, (ZnO) en tant que prémélange vétérinaire. Pour plus d'informations, n'héistez pas à consulter notre rubrique Convention Zinc.  

3. Renforcer le cadre et réduire les pratiques à risque 
Les brochures / dépliants tentent de fournir une réponse claire à des questions telles que : comment mesurer les écarts ? Comment déterminer la séquence de production ? Ai-je des alternatives ?
Ceci comprend la prescription électronique des aliments médicamenteux et la réduction des pratiques à risque. Lisez également notre section sur la Convention Aliments Médicamenteux et le système de dosage fin.

4. Mesurer c'est savoir : enregistrement de l'utilisation d'aliments médicamenteux 
BFA mène une enquête tous les ans auprès de ses membres sur la production d'aliments médicamenteux et sur l'utilisation de prémélanges médicamenteux et de substances actives. En outre, BFA soutient également des initiatives de collecte de données au sein de systèmes qualité tels que Belpork et Belplume. 

BFA a également pris plusieurs mesures supplémentaires ces dernières années pour les aliments médicamenteux contenant des antibiotiques.

1. Depuis le 1er octobre 2015 : l'industrie belge des aliments composés pour animaux n'accepte plus de réglementation pour la production d'aliments à base d'antibiotiques pour les porcs d'engraissement à partir de 15 semaines.

2. Depuis le 1er janvier 2016 : l'industrie belge des aliments composés pour animaux n'accepte que les prescriptions  des vétérinaires d'exploitation pour la production d'aliments médicamenteux contenant des antibiotiques.

3. Depuis le 1er octobre 2016 : l'industrie belge des aliments composés pour animaux n'accepte que des prescriptions électroniques pour la production d'aliments médicamenteux contenant des antibiotiques. En d'autres termes, les prescriptions papier ne sont plus acceptées.

Ce plan étape par étape a été complété dans la Convention Aliments Médicamenteux, qui a été re-signée en 2016 par BFA et le gouvernement.

Depuis le 1er mai 2019, BFA va encore plus loin en appelant ses membres à cesser de mélanger du PROMYCIN dans la production d'aliments médicamenteux. La promycine est actuellement le seul produit autorisé en Belgique qui contient de la colistine. Chez les animaux producteurs d'aliments, la colistine est le seul antibiotique utilisé appartenant à la classe d'antibiotiques des polymyxines. Les polymyxines ont été classées par l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en 2017 comme «des antibiotiques d'une importance cruciale ayant la plus haute priorité pour la santé humaine». 


                                                

Convention entre le gouvernement fédéral et les partenaires du secteur

Déjà en 2016, avec la première "Convention sur les antibiotiques" pour la période 2016-2020, les ministres et les différents partenaires sectoriels avaient défini des objectifs très ambitieux pour réduire l'utilisation des antibiotiques chez les animaux.

Afin de poursuivre cette coopération, qui a prouvé son efficacité, une "deuxième convention" pour la période 2021-2024 a été signée avec les différents acteurs qui s'engagent, avec le gouvernement, à atteindre de nouveaux objectifs de réduction tout en maintenant une faible utilisation des antibiotiques critiques : 

  • Une utilisation totale maximale de 60 mg/PCU d'ici la fin 2024, ce qui correspond à une réduction de 65 % par rapport à 2011,
  • Réduire l'utilisation de la colistine à un maximum de 1 mg/UCP d'ici 2024,
  • Réduire de 75 % l'utilisation d'aliments médicamenteux contenant des antibiotiques d'ici à la fin de 2024 (par rapport à 2011),
  • Atteindre un niveau inférieur à 1 % chez les gros utilisateurs (porcs, poulets de chair, veaux de boucherie).



Outre ces objectifs quantifiés, la Convention comprend également des objectifs non quantifiés comme, par exemple, la mise au point d'une méthode d'évaluation de l'utilisation des antibiotiques chez les animaux de compagnie et l'établissement d'une voie de réduction de l'utilisation des antibiotiques chez ces espèces également.

BFA s'est également engagée dans cette initiative et a signé cette convention.

Les objectifs et les actions prévues sont inclus dans le "Plan d'action national belge One Health contre la RAM" qui a été élaboré pour tous les domaines et toutes les compétences impliqués dans la lutte contre la RAM et qui est actuellement en cours de validation.

Enregistrement des antibiotiques

Afin de pouvoir mesurer l'utilisation d'antibiotiques et de contribuer aux ajustements, le secteur travaille sur les outils d'enregistrement, de traitement, de notification et de sensibilisation. Lisez plus d'informations sur la méthodologie et l'analyse. Les outils existants travaillent en étroite collaboration pour échanger des données. 

Sanitel-MED

Sanitel-Med est une application en ligne développée par l'Agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS).

Sanitel-Med tient un registre de toutes les prescriptions, fournitures et administrations d'antibiotiques et d'agents anti-diarrhéiques contenant de l'oxyde de zinc à usage vétérinaire. Depuis le 27 février 2017, l'inscription à Sanitel-Med est requise par la loi pour les volailles (poules pondeuses et poulets de chair), les porcs et les veaux de boucherie. Tous les six mois, chaque agriculteur reçoit un rapport d'analyse qui inclut son utilisation d'antibiotiques (à la fois quantitative et qualitative) et dans lequel une comparaison peut être faite avec le reste du secteur via un benchmark.

Un rapport de référence est également établi pour les vétérinaires afin de mieux appréhender les comportements de prescription.

Bigame

Comme AB Register, Bigame est une initiative sectorielle de collecte de données sur les antibiotiques, principalement destinée au secteur laitier en Wallonie et au secteur porcin. En outre, Bigame peut également être utilisé comme un outil de gestion des documents d'administration et de fourniture (TVD).

AB Register

Belpork a développé le système de surveillance des antibiotiques AB Register en 2014, le premier en Belgique. En 2017, l'AB Register a été étendu au secteur de la volaille et en 2018, le système a également été adapté pour être utilisé par le secteur laitier en Flandre. En raison de l'extension à d'autres espèces animales, il a été décidé en 2018 de transférer la gestion d'AB Register à une nouvelle organisation, AB Register asbl. Cette organisation est une structure faîtière créée à partir de Belpork (secteur porcin), Belplume (secteur avicole) et IKM Flanders (secteur laitier). BFA fait partie du conseil d'administration d'AB Register vzw.

Le registre AB conserve également une trace de toutes les prescriptions, fournitures et administrations d'antibiotiques et d'antidiarrhoïdes contenant de l'oxyde de zinc à usage vétérinaire et un rapport sur mesure. Les fabricants d'aliments composés jouent également un rôle central dans l'enregistrement des aliments médicamenteux avec des antibiotiques. Depuis début 2020, il est également possible de consulter l'outil de reporting NRT (Nearly Real Time). De cette façon, les éleveurs de porcs peuvent consulter leur utilisation d'antibiotiques à tout moment de la journée

Sécurité au travail

La BFA a élaboré un manuel sécurité au travail, ainsi qu'une brochure pour nouveaux salariés.

Concertation de la chaîne

Découvrez le code de conduite et le groupe de travail durabilité de la Consultation de la chaîne.

Recherche

Cette page est consacrée à la recherche dans notre secteur.

Mesures complémentaires du secteur des aliments composés

Grâce aux différentes initiatives, une réduction de 14,9% a déjà pu être réalisée depuis 2011 pour l'utilisation d'antibiotiques par les aliments médicamenteux. Cela signifie qu'une réduction de 18% s'impose pour 2016 et 2017, afin d'atteindre les objectifs. C'est pourquoi la BFA a pris des mesures complémentaires pour les aliments médicamenteux à base d'antibiotiques.

1. Depuis le 1er octobre 2015: l’industrie des aliments composés belge n’accepte plus d’ordonnances pour la production d’aliments médicamenteux à base d’antibiotiques pour des porcs d’engraissement dès l’âge de 15 semaines.

2. Depuis le 1er janvier 2016: l’industrie des aliments composés belge n’accepte que les ordonnances prescrites par des vétérinaires de guidance pour la production d'aliments médicamenteux à base d'antibiotiques.

3. Depuis le 1er octobre 2016: l’industrie des aliments composés belge accepte uniquement les prescriptions électroniques pour la production d'aliments médicamenteux à base d'antibiotiques. Les ordonnances sur papier ne sont donc plus honorées.

Ce plan par étapes a également été repris dans la nouvelle version de la Convention Aliments médicamenteux, signée en 2016 par la BFA et les autorités.

Convention entre les autorités fédérales et les partenaires

    

Le 30 juin 2016 les autorités fédérales et les différentes parties prenantes (AMCRA, vétérinaires, organisations agricoles, l'industrie pharmaceutique, la BFA, cahiers des charges et les associations de santé animale ARSIA/DGZ) ont signé une convention visant à réduire l’usage des antibiotiques dans le secteur animal.

Le but étant de définir des  objectifs de réduction communs  et de soutenir les secteurs afin de les atteindre sur base d’une co-régulation. En plus des différentes initiatives, les autorités compétentes ont pris 2 mesures en vue de continuer à soutenir les objectifs communs.

1. l'utilisation prudente des antibiotiques critiques
2. l'enregistrement de l’utilisation de tous les antibiotiques

Ces deux mesures sont reprises dans le nouvel arrêté royal relatif aux conditions d’utilisation de médicaments par les vétérinaires et par les responsables des animaux.

 Consultez la brochure Lutte contre l’antibiorésistance
 

BFA - Plan d’action antibiotiques

Sorry, this information is not available in English. Please choose either the Dutch or French version to continue.

Enregistrement d'antibiotiques

Sanitel-MED

Le secteur met au point un outil d’enregistrement, de collecte de données, de vulgarisation et de sensibilisation visant à mesurer et d’améliorer l’utilisation d’antibiotiques

L’AFMPS et l’AFSCA élaborent ainsi une base de données nationale, Sanitel-MED, permettant aux vétérinaires d’encoder les données en matière d’utilisation d’antibiotiques pour chaque établissement et par espèce animale. Grâce à ce système, qui devrait être opérationnel au cours de 2016, il sera possible d’envoyer un rapport à chaque établissement pour que chaque entreprise puisse se positionner par rapport aux autres. Le vétérinaire de guidance pourra alors aider à mettre en place des mesures correctives. 


Belpork

En 2014, Belpork lançait une base de données, le Registre AB, visant à inventariser l'utilisation des antibiotiques dans l'élevage porcin et de sensibiliser chaque éleveur pour une utilisation d’antibiotiques plus réfléchie.  Nous vous invitons à consulter le site web http://www.registreab.be/ pour plus d’informations.

Les données déjà récoltées sont reprises dans un rapport qui a été envoyé à chaque entreprise concernée. Dans un second temps, le but est d'également envoyer un rapport au vétérinaire de guidance, qui pourra alors mieux conseiller les éleveurs.

De plus, Belpork travaille également sur un outil d'enregistrement pour Belplume en attendant que le système d'enregistrement de l'utilisation d'antibiotiques soit repris dans une nouvelle structure.

 

Boerenbond RED AB-project

Pour l’ensemble du secteur, arrêter l’utilisation d’antibiotiques est une illusion, mais il est parfaitement possible de faire mieux avec moins. C’est ce qui est ressorti du projet Red AB de Boerenbond, où l’utilisation d’antibiotiques était réduite de 50% dans les élevages de porcs et jusqu’à 20% dans les élevages de volailles. Et tout cela, sans nuire à la santé des animaux. L’étude a même démontré que certaines entreprises ont obtenu de meilleurs résultats de production.