News

News

-- Just added record --

L’organisation internationale « Initiatief Duurzame Handel (IDH) » a publié la semaine dernière le moniteur du soja européen pour l’année civile 2018. Ce moniteur vise à recenser la consommation durable de soja au sein du secteur des aliments pour animaux, que ce soit au niveau européen ou national. Ce moniteur évalue dans quelle mesure la consommation de soja répond aux directives d’approvisionnement en soja de la FEFAC, et quelle quantité répond à la définition de « deforestation free ».

La Belgique fait partie du top 3 avec la Norvège et les Pays-Bas. Dans ces 3 pays, la consommation intérieure totale de soja répond aux directives d’approvisionnement en soja de la FEFAC et est donc durable. Selon le rapport, seule 64 % de la consommation intérieure dans le secteur belge des aliments pour animaux serait couverte par des certificats répondant au critère « deforestation free ». 100 % des certificats achetés par BFA répondent à ce critère. IDH n’a toutefois pas pu évaluer si la quantité de soja importé répond également à ce critère. Ce pourcentage de 64 % est donc une sous-estimation.

Cliquez ici pour consulter le rapport complet.

 

15/06/2020

-- Just added record --

Il devient à présent plus simple de réaliser une évaluation des risques lorsqu'il faut identifier les résidus de pesticides dans les aliments pour animaux.

L'AFSCA a publié un outil de calcul qui fournit déjà une indication du risque pour les humains et les animaux sur la base de l'ajout de certaines données de base.

L'outil a été développé en collaboration avec BFA, entre autres.

Vous pouvez consulter l'outil via le lien ci-dessous:

Quelques notes sur l'utilisation de l'outil:
  • Si vous ne spécifiez pas de catégorie d'animaux, le calcul sera basé sur les données pour les poulets de chair (c'est-à-dire la taille de la prise alimentaire par rapport au poids corporel).
  • L'outil fournit une indication des risques potentiels pour les humains et les animaux. Ces informations sont indépendantes de la conformité ou non d'un flux.
  • Le résultat de l'outil est indicatif. L'évaluation d'informations supplémentaires provenant d'études spécifiques à l'animal peut conduire à d'autres conclusions.

BFA est bien entendu à votre disposition, si vous souhaitez des informations supplémentaires concernant le fonctionnement de l'outil.
06/04/2020

-- Just added record --

Chers affiliés,

Dans le contexte actuel des mesures liées au coronavirus COVID-19, la sécurité et le bien-être du personnel et des affiliés restent une priorité absolue pour BFA.  

C’est pourquoi nous avons décidé de tenir nos réunions par voie électronique (p.ex. par Skype) et de reporter les réunions non essentielles.  Cependant, l'équipe BFA est et reste disponible pour toutes vos questions et commentaires.

Le numéro de téléphone central sera dévié vers un(e) collègue.  Si vous souhaitez contacter une de nos conseillères directement, vous pouvez le faire par email ou par téléphone. 

Pour rappel:

  • Katrien D’hooghe : directrice : katrien@bfa.be of 0473 98 00 57
  • Evelien Mortaignie: conseillère agro-économie, sécurité alimentaire, plans d'échantillonnage et  analyses: evelien@bfa.be ou 0470 46 53 38
  • Elien Van Stichel: conseillère politique alimentation animale, exportation et services : elien@bfa.be ou 0494 04 10 85
  • Laurien Van Heupen: conseillère alimentation animale et systèmes de qualité : laurien@bfa.be ou 0498 36 63 42

Pour savoir qui gère quel type de dossier, n’hésitez pas à consulter notre page web – équipe

17/03/2020

-- Just added record --

Notre priorité absolue est la sécurité et le bien-être de nos invités, intervenants, sponsors, staff et partenaires.  Il nous appartient donc de tenir compte des derniers développements concernant la propagation mondiale du coronavirus (COVID).Nous appliquons les réglementations du gouvernement fédéral belge et recommandons la "distanciation sociale" pour l'instant. Nous surveillerons la situation de très près et tiendrons tout le monde au courant, mais sur la base des conseils actuels, le XXIXème Congrès FEFAC est maintenu. Nous vous tiendrons informés en cas d'évolution de la situation.  

En raison de la situation actuelle, nous avons décidé de prolonger le tarif "early bird" pour l'inscription au congrès jusqu'au 3 avril.  Inscrivez-vous sur notre site www.feedfuture.be/fefaccongress2020.

13/03/2020

-- Just added record --

Le moratoire pour le soja en Amazonie a été créé le 24 juillet 2006 à l’initiative du secteur brésilien du soja. Ce moratoire vise à lutter contre la déforestation dans cet écosystème important et a atteint son objectif jusqu’en 2018. Or, depuis l’accession au pouvoir du président Jair Bolsonaro, l’existence du moratoire est menacée. Afin d’éviter que ce moratoire ne soit supprimé, une lettre ouverte visant à défendre le moratoire pour le soja en Amazonie a été rédigée à l’initiative de TESCO, le plus grand détaillant du Royaume-Uni. BFA a également signé cette lettre.

09/12/2019

Les mycotoxines sont des toxines naturelles produites par des moisissures et sont présentes dans presque tous les types de céréales. Malgré les mesures de prévention déjà mises en place, ces toxines sont en général déjà présentes avant le moment de la récolte. Elles se développent au champ sur la plante et après la récolte au cours du stockage. Certaines conditions sont favorables au développement de mycotoxines au champ : un climat humide, le choix des variétés et le traitement du sol. C’est pourquoi BFA a intégré dans son plan sectoriel d’échantillonnage des analyses en vue de mesurer la teneur en mycotoxines dans les céréales permettant de détecter d’éventuels problèmes à un stade précoce.

Le Système Early Warning (EWS) est une initiative annuelle du secteur, qui vient s’ajouter au plan sectoriel. L’objectif principal est de rassembler des données le plus rapidement possible après la récolte et de mettre les résultats d’analyses à la disposition des consommateurs des céréales. Grâce à la collaboration des membres de BFA, de Fegra et de l’ARMB, 389 échantillons ont au total été recueillis et analysés pour l’année 2019. Les céréales suivantes ont été contrôlés : blé, orge, seigle, avoine, triticale et épeautre.

« 389 échantillons ont été analysés, principalement issus de notre propre pays, ainsi que du blé et de l’orge importés de France, et d’autres céréales dans une moindre mesure », explique Katrien D’hooghe, directrice de BFA. « Une ou plusieurs mycotoxines ont été détectées dans 35 % des échantillons en 2019. Les résultats de la pré-récolte sont confirmés, à savoir un très faible risque de contamination», poursuit Katrien D’hooghe. Elle fait toutefois remarquer que la vigilance reste de mise, car la teneur en mycotoxines peut augmenter pendant la conservation.

Pour ce qui est des résultats du déoxynivalénol (DON), 89 % des échantillons avaient des résultats inférieurs à la limite de détection, fixée à 250 ppb (la valeur la plus basse qui peut être déterminée d’un point de vue analytique). Pour le zéaralénone (ZEA), 99,2 % des résultats étaient inférieurs à la limite de détection. Les teneurs en aflatoxine B1 étaient toutes inférieures à la limite de détection. Pour la fumonisine B1 et la fumonisine B2, la limite de détection n’a été dépassée que deux fois. Tous les échantillons analysés présentaient un résultat inférieur aux valeurs cibles en vigueur pour la somme des T-2 et HT-2.


Dans le rapport détaillé, les résultats des analyses ont été comparés avec les normes ou les recommandations pour le feed et le food. Grâce à ce monitoring, non seulement la destination des céréales sera plus ciblée (food, feed, ou biocarburant), mais les concentrations finales en mycotoxines pourront aussi être mieux estimées, par exemple pour les aliments composés pour animaux.
Note à la rédaction :
Pour plus d’informations, vous pouvez contacter :
- Madame Katrien D’hooghe, directrice et porte-parole de la BFA
Tél : 32 (0)2 512 09 55 ou 32 (0)473 98 00 57
- Madame Elien Van Stichel, secrétaire de l’ARMB
Tél : 32 (0)2 751 04 53
- Madame Gisèle Fichefet, secrétaire générale et porte-parole de Fegra
Tél : 32 (0)2 512 15 50



25/10/2019

-- Just added record --

Aujourd'hui, le 25 septembre, European Livestock Voice lance son site web: https://meatthefacts.eu/

La plateforme European Livestock Voice regroupe plusieurs partenaires de la chaîne alimentaire animale, qui se réunissent pour la première fois afin de trouver un équilibre dans le débat concernant l’avenir d’un secteur qui joue un rôle primordial pour la richesse du patrimoine européen. Les associations concernées représentent différents secteurs : santé animale, production d’aliments pour animaux, reproduction, élevage et agriculteurs. Le but est d’informer le public à propos de la valeur de l’élevage de bétail pour la société, et de sa contribution aux défis mondiaux. Ces associations offrent une autre version des débats actuels.

Le groupe de travail Animaux est un partenariat européen entre le public et le privé, réunissant des organisations dans les secteurs de la recherche, de l’agriculture et de l’industrie, qui collaborent afin de rendre le secteur européen de l’élevage plus durable et plus compétitif, en développant les connaissances et en encourageant l’innovation dans l’ensemble de la chaîne de production des animaux.

25/09/2019

-- Just added record --

Bruxelles, le 30 août 2019 – Plusieurs médias attirent l’attention sur l’utilisation de soja dans les aliments pour animaux et l’impact éventuel du secteur belge de la viande sur la déforestation et les feux de forêt en Amazonie. Boerenbond, ABS (Algemeen Boerensyndicaat) et BFA (Belgian Feed Association) déplorent ces informations unilatérales et incorrectes et expliquent que la viande produite chez nous ne contribue en aucun cas à la déforestation ou aux feux de forêts qui sévissent actuellement en Amazonie. Les organisations agricoles et les producteurs d’aliments pour animaux demandent de rendre les directives d’approvisionnement en soja de la FEFAC (FFSG) et la norme européenne de durabilité de la FEFAC (la fédération européenne des fabricants d’aliments pour animaux) obligatoires dans toute l’Europe. Les producteurs belges d’aliments pour animaux souscrivent au moratoire Amazonie depuis 2006. Et, depuis 2018, BFA souscrit au manifeste Cerrado. 

Voici un aperçu des faits:
  • Les producteurs belges d’aliments pour animaux n’utilisent pas de soja provenant de terres agricoles déboisées en Argentine et au Brésil après 2006. La viande belge ne contribue donc pas à la déforestation et aux incendies en cours;
  • Le soja grossièrement moulu, qui ne convient pas à la consommation humaine et qui est utilisé lors de la production d’aliments pour animaux, est un sous-produit issu des produits à base de soja destinés à un usage humain;
  • Les sous-produits de graines oléagineuses (comme le soja et le colza) représentaient en 2017 à peine 22 % des matières premières transformées dans les aliments composés, ce qui ne constitue qu’une partie de l’alimentation totale des animaux. Les bovins consomment par exemple 75 à 80 % d’aliments sans soja (herbe, foin, etc.).

Le secteur belge de la viande se concentre depuis des dizaines d’années sur les importations durables

La durabilité est un élément très important pour le secteur, qui a déjà pris de nombreuses mesures pour lutter activement contre la déforestation. L’ensemble du secteur continue à investir dans la durabilité en vue de l’avenir. Malgré les coûts supplémentaires entraînés par les matières premières durables, le secteur des fabricants d’aliments pour animaux investit depuis des dizaines d’années dans la durabilité. BFA, qui représente 98 % des aliments composés belges pour animaux, a mis au point un standard pour le soja durable en 2009 (ce standard fait partie du top 5 dans le monde selon le bureau d’études indépendant Profundo) et travaille avec des certificats de soja durable.


BFA examine également comment valoriser encore mieux les flux connexes issus des industries de l’alimentation et des biocarburants, ce qui implique de mieux utiliser les matières premières existantes. Année après année, BFA réduit ainsi la dépendance aux protéines importées de pays extérieurs à l’UE. Depuis 2011, les importations de soja pour les aliments pour animaux ont chuté de plus de 30 % grâce à l’utilisation de colza grossièrement moulu et de sous-produits issus de l’industrie des biocarburants.

Les importations de soja cultivé de manière durable restent importantes. Une grande partie des terres agricoles belges et européennes convenant uniquement aux pâturages, les ruminants transforment des protéines végétales indigestes pour l’homme en protéines animales digestes pour l’homme (viande, lait). Par ailleurs, l’ensemble de l’industrie de l’alimentation dépend du soja, et pas seulement l’élevage de bétail. Le soja est également présent dans les alternatives à la viande, les substituts végétaux aux produits laitiers, les pâtisseries, et bien plus encore.

Après la production d’huile de soja et d’autres produits à base de soja destinés à la consommation humaine, une grande quantité de soja grossièrement moulu est toujours présente, alors qu’il n’est pas comestible pour l’homme. Les secteurs de l’agriculture et des aliments pour animaux recyclent ce sous-produit, contribuant activement à réduire les déchets. Cet effort ne se limite pas uniquement au soja : le secteur belge des aliments pour animaux valorise chaque année 4 millions de tonnes de flux connexes issus de l’industrie alimentaire.


Continuer à réduire l’impact à l’avenir


La Belgique fait partie des meilleurs élèves à travers le monde en termes de sécurité alimentaire et de durabilité. Le secteur continue toutefois à investir dans la durabilité en vue de l’avenir : BFA étudie par exemple le développement de la culture locale de soja avec l’ILVO (l’institut pour les études sur l’agriculture, la pêche et l’alimentation).

BFA étudie également comment mieux valoriser les flux connexes issus des secteurs de l’alimentation et des biocarburants et a créé le Feed Design Lab à Wanssum, aux Pays-Bas. Cette usine-test hyper moderne examine de nouvelles méthodes de valorisation des flux connexes issus des secteurs de l’alimentation et des biocarburants.


Les organisations agricoles et les producteurs d’aliments pour animaux demandent de rendre les directives d’approvisionnement en soja de la FEFAC (FFSG) et la norme européenne de durabilité de la FEFAC (la fédération européenne des fabricants d’aliments pour animaux) obligatoires dans toute l’Europe. Le soja utilisé dans la production de viande de notre pays satisfait déjà à cette exigence.

******

À propos de BFA
BFA (Belgian Feed Association) compte environ 160 membres. Ensemble, ces membres représentent 93 % de la production nationale. Le secteur emploie 3 700 personnes. Avec une production nationale de 7 millions de tonnes et un chiffre d’affaires de 4,9 milliards d’euros, le secteur des aliments composés pour animaux est le principal fournisseur de moyens de production pour l’agriculture.


À propos de Boerenbond
Boerenbond est la plus grande organisation professionnelle regroupant des agriculteurs et des horticulteurs en Flandre et en Belgique germanophone. Nous œuvrons en faveur d’une agriculture et d’une horticulture dynamiques et durables. Avec plus de 200 professionnels, nous assurons la défense des intérêts du secteur, l’organisation de formations, la fourniture de services, la représentation et la collaboration dans le domaine de la production, des services et des ventes.


À propos d’ABS
L’asbl Algemeen Boerensyndicaat (ABS), un syndicat indépendant regroupant des agriculteurs et des horticulteurs, a été créée au début des années 1960. ABS, qui était au départ un groupe de pression, est devenue au fil des années une organisation agricole reconnue. L’asbl propose par ailleurs des formations reconnues officiellement dans le domaine de l’agriculture et de l’horticulture par le biais du Nationaal Agrarisch Centrum (NAC). L’asbl Adviesbureau van het Algemeen Boerensyndicaat (AABS) a été créée afin de mieux structurer les services proposés aux agriculteurs.

Ces dernières années, ABS est devenue la deuxième organisation agricole en Flandre. À ce titre, l’asbl est fortement impliquée dans l’orientation politique et les discussions au niveau flamand, fédéral et européen. ABS est en premier lieu un syndicat qui défend les intérêts de ses membres, et par extension ceux de tous les agriculteurs et les horticulteurs, en toute indépendance idéologique et commerciale. Tous les agriculteurs et les horticulteurs soucieux de l’avenir de leur exploitation et toutes les personnes extérieures à l’agriculture, mais intéressées par notre secteur, peuvent rejoindre ABS. et Nationaal Agrarisch Centrum (NAC)

30/08/2019

-- Just added record --

Het Laatste Nieuws en de Krant van West-Vlaanderen schrijven dinsdag dat “iedereen die biefstuk eet, mee verantwoordelijk is voor het afbranden van het Amazonewoud”. Belgian Feed Association (BFA), de associatie van diervoederproducenten, weerlegt dat. In het kader van de Round Table for Responsible Soy onderschreef BFA in 2006 al het Amazonemoratorium waarbinnen afgesproken werd dat bedrijven vanaf dat moment geen soja meer invoeren die gegroeid werd op percelen die na 2006 ontbost werden in Argentinië en Brazilië. BFA neemt ook tal van maatregelen om de duurzaamheid van diervoeders verder te optimaliseren.  


Belgische veevoedersector strijdt al jaren mee tegen ontbossing 


BFA onderschreef in 2006 al het Amazonemoratorium van de RTRS (Round Table for Responsible Soy). Dat houdt in dat bedrijven vanaf dat moment geen soja meer invoeren die gegroeid werd op percelen in Brazilië en Argentinië die na 2006 ontbost werden. In datzelfde jaar richtte BFA een duurzaamheidsplatform op met drie doelstellingen. De Belgische veevoedersector strijdt binnen dat kader net actief mee tegen de ontbossing.


• Een standaard creëren voor duurzame diervoederstromen in Europa
• Een betere valorisatie van de nevenstromen uit de voedingsindustrie en de biobrandstofindustrie in België
• De afhankelijkheid van de aanvoer van eiwitten van buiten de Europese Unie reduceren

In dit kader werden reeds heel wat concrete realisaties bereikt: BFA ontwikkelde in het kader daarvan een eigen duurzame sojastandaard, die volgens Nederlandse onderzoeksgroep Profundo tot de wereldwijde top vijf behoort. BFA investeert jaarlijks uitvoerig in duurzame sojacertificering en houdt met behulp van auditrapporten over duurzaam gecertificeerde soja de vinger aan de pols.

Bijkomend wordt ook geïnvesteerd in onderzoek: zo werden onderzoeksprojecten opgezet rond lokale sojateelt, betere valorisatie van nevenstromen (vb. vanuit de biofuel industrie, koolzaadschroot, …) en onderzoek naar nieuwe grondstofstromen (algen, zeewieren, insecten, reststromen van groenten- en fruit). Dit heeft reeds geresulteerd in de jaarlijkse valorisatie van 4 miljoen ton nevenstromen uit de lokale voedings- en brandstoffenindustrie (productie van aardappelen, zuivel, bloem, olie, koolzaadschroot en biobrandstof) met een reductie van het gebruik van sojaschroot tot gevolg.


Blijvende verbintenis naar verduurzaming
België staat al aan de absolute wereldtop op vlak van voedselveiligheid en duurzaamheid, maar toch wil de voedersector blijven inzetten op verduurzaming. BFA heeft het gebruik van soja voor 30% vervangen door onder andere koolzaadschroot (350.000 ton op jaarbasis). Toch blijft de import van duurzaam geteelde soja belangrijk: een groot deel van de landbouwgrond in België is enkel geschikt voor grasland, en op die manier wordt de hoeveelheid afval ingeperkt.
De associatie richtte ook het Feed Design Lab op in het Nederlandse Wanssum, een onderzoek- en educatiecentrum voor innovatie en verduurzaming in de diervoersector. De hypermoderne testfabriek onderzoekt nieuwe manieren om nevenstromen uit de voedings- en biobrandstofindustrie te valoriseren.
BFA neemt ook de coördinatie waar van het Europese FEFAC congres 2020 in Antwerpen die de prioriteiten voor de Europese diervoederindustrie voor de volgende 10 jaar (2020-2030) moet vastleggen.

29/08/2019

-- Just added record --

Depuis le mois de mai 2019, les entreprises produisant des aliments pour animaux peuvent indiquer sur le site Web du Centre du commerce international (CCI) si elles prennent des mesures afin d’acheter du soja durable, qui répond aux directives d’approvisionnement en soja de la FEFAC. Étant donné que la Belgique a opté pour un achat collectif, tous les membres de BFA sont repris sur la liste. Cliquez ici pour retrouver la liste complète.   
26/08/2019

Save the date – XXIX FEFAC Congress – “Towards climate-neutral feed and livestock production in Europe”

The Belgian and European Feed Manufacturers associations take pleasure in announcing the XXIX FEFAC Congress to be held on 3-5 June 2020 in Antwerp (Belgium).

The main objective of the Congress would be to present, debate and sign a joint FEFAC Feed Sustainability Charter 2020-2030, highlighting top priorities and tangible commitments to improve the sustainability of our industry in line with the FEFAC Vision 2030. 

01/08/2019

Does livestock farming contributes to human protein supply?

Not all proteins eaten by animals, are directly consumable by men. In the discussion about sustainability of animal production it is very important to take this into account.

Therefore BFA has given the task to research this. Boerenbond and ABS also participate in this study. In the project, the net contribution of the Belgian livestock farming to the protein supply for men is being evaluated.  

The edible net proteinefficiency will be determined for pigs (animalcategory fatteners), for poultry (animalcategory laying hens and broilers) and for cattle (animalcategory dairy cattle and beef cattle). The results are to be expected at the end of 2019.


29/07/2019

BFA in the top 5 with it's Profundo study about mv-soja standard

Research and advise firm Profundo publishes in Juni 2019 a study comparing 17 different sustainability standards. The BFA standard also was being reviewed.

During the comparison it was highlighted to avoid deforestation and conversion of natural areas near soya production. The standard of BFA had a positive evaluation and is among the best 5 evaluated sustainability standards. A great result! The entire study is available to read here.

01/07/2019

BFA has published an economic note regarding the African swine fever

In cooperation with Febev, BFA has developed an economic note. This note clearly shows the economic impact of the African swine fever in the Belgian pig sector industry.
You can find the economic note here :
26/02/2019

-- Just added record --

BFA a appris que la mise en place du nouveau AR Identification et Enregistrement (I&E) pour les volailles et lapins a semé de la confusion sur le terrain.

Cependant, L’AFSCA est très clair : La nouvelle législation est en vigueur depuis le 1er janvier 2019.
C’est pourquoi la BFA répète qu’un numéro de saisie par étable est indispensable.

Ceci est très important : L’éleveur de volailles ne peut faire appel au Fonds d’intervention salmonelles (IFS) que pour les étables positifs. Si l’éleveur de volailles décide de garder plusieurs poulaillers sous un numéro de troupeau, il s’expose devant un risque financier considérable.

Au moment qu’un des poulaillers est positif en salmonelle, l’AFSCA considéra le troupeau entier en tant que positif.

Le Fonds d’intervention salmonelles (IFS) ne paiera que la compensation pour le poulailler positif !

21/01/2019

Bruxelles – La teneur en mycotoxines de la récolte de céréales est à nouveau très basse cette année. Pour la dixième année consécutive, la BFA (l’Association professionnelle des fabricants d’aliments composés) a exécuté un contrôle ciblé en vue de détecter la présence de mycotoxines dans les céréales immédiatement après la récolte (Early Warning). De nouveau, la BFA a pu compter sur l’aide de ses membres, l’ARMB (l’Association Royale des Meuniers Belges) et de Synagra (l’Association professionnelle des négociants en céréales). 

Cliquez ici pour le communiqué de presse complet

08/10/2018

Depuis la signature entre les autorités fédérales et tous les partenaires des secteurs concernés de la convention antibiotiques relative à la diminution de leur usage, les partenaires présentent chaque année leurs activités et réalisations, dont les principales sont décrites dans un rapport commun. Le dernier présente, outre le résumé des actions entreprises en 2017 par les différents acteurs pour réduire leur usage d’antibiotiques en médecine vétérinaire, le chiffre des ventes d’antibiotiques vétérinaires ainsi que l’évolution de la résistance des bactéries aux antibiotiques lors de cette même année.

Cliquez ici pour les activités et réalisations – utilisation et résistance aux antibiotiques pour les animaux en Belgique

Cliquez ici pour le rapport BelVet-SAC

27/06/2018

Na de succesvolle edities van de afgelopen twee jaar, organiseerden de Nederlandse Vereniging Diervoederindustrie (Nevedi), Belgian Feed Association (BFA) en Feed Design Lab (FDL) op donderdagmiddag 7 juni 2018 opnieuw een zeer geslaagd en interactief jongerencongres.  

Klik hier voor het volledige persbericht

08/06/2018

Op donderdag 7 juni 2018 organiseren de Nederlandse Vereniging Diervoederindustrie (Nevedi), Belgian Feed Association (BFA) en Feed Design Lab (FDL) alweer het 3e Jongerencongres! Geïnteresseerd en jonger dan 40 jaar? Aanmelden is mogelijk via het registratieformulier op de website van BFA. 

 

04/05/2018

Tijdens BFA’s Algemene Vergadering van 26 april bevestigt de voorzitter Frank Decadt de steengoede resultaten m.b.t. de reductie in het gebruik van antibiotica in de mengvoeders en onderstreept het cruciaal belang van het autocontrolesysteem geïmplementeerd door de fabrikanten om de voedselveiligheid te garanderen.

Lees hier het volledige persbericht

26/04/2018

Vanaf de oprichting van het Voedselagentschap FAVV in 2000 hebben duizenden operatoren  bedrijvig in de voedselketen zwaar geïnvesteerd in voedselveiligheid.

Meer dan 34 sectoren hebben een autocontrolegids laten valideren door het FAVV.

Lees hier de volledige open brief.

13/03/2018

Binnen de antibioticaproblematiek voor de volledige dierlijke productie heeft ook de mengvoedersector de ambitieuze doelstellingen van AMCRA onderschreven. Naast de halvering van het antibioticagebruik tegen 2020, zou tegen eind 2017 de productie van met antibiotica gemedicineerde voeders met 50% moeten verminderd zijn. BFA, de Belgian Feed Association, ziet dat de extra inspanningen die werden geleverd (bijkomende maatregelen) hun vruchten afgeworpen hebben: het antibioticagebruik in gemedicineerde voeders is gedaald met maar liefst 53% ten opzichte van het referentiejaar 2011. OBJECTIEF GEHAALD!

Lees het volledige persbericht hier

21/02/2018

Communiqués de presse

Cliquez ici pour accéder aux communiqués de presse publiées par la BFA.

Communications

Accédez les communications publiées par la BFA ici.

Updates

Les mises à jour récentes du site web peuvent être consultées ici.

Interesting links

Vous souhaitez en savoir d'avantage sur notre secteur? Alors découvrez ici les liens intéressants que nous vous avons rassemblés.