African Swine Fever (ASF)

Où en est-on en Belgique?
► Fermes porcines
► Protocole d'hygiène


BFA, en collaboration avec Febev, a préparé une «
note économique », qui montre clairement l'ampleur de l'impact économique depuis le début de l’épidémie en 2018. 

Où en est-on en Belgique?

Depuis avril 2019, la situation est stable et peu de nouvelles infections ont été détectées chez les sangliers. La dernière infection confirmée sur une carcasse fraîche date du 11 août 2019. 

Le 20 novembre, la Commission européenne a donné son accord pour la levée de toutes les zones de restriction en Belgique. Cela signifie que nous retrouvons un statut indemne au niveau européen et que la Belgique n'est plus sur la carte des pays concernés en Europe. En outre, le 21 décembre 2020, l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE) a approuvé l'autodéclaration que la Belgique a présentée pour retrouver son statut de pays indemne de maladie. C'est le rétablissement de ce statut international libre par l'OIE qui permet d'entamer des négociations avec des pays tiers pour lever les embargos actuels sur la viande de porc belge.

Il est néanmoins important de rester vigilant. La peste porcine africaine circule toujours en Europe de l'Est et le virus s'est propagé dans la région frontalière de l'Allemagne avec la Pologne. En Allemagne, plusieurs foyers ont été détectés chez des sangliers et les premiers foyers dans des exploitations porcines ont également été signalés à la mi-2022.  Notre pays, comme tous les pays européens, suit de près la situation pour éviter une seconde introduction du virus.


Mise à jour le 20/01/2021

Fermes porcines

Il est important de rester vigilants également au niveau des élevages porcins pour empêcher l'introduction de l’infection. Les mesures suivantes, entre autres, s'appliquent toujours.

► Par exemple, l'accès à l'élevage porcin doit être limité autant que possible.
► Les moyens de transport doivent être nettoyés et désinfectés après chaque transport.
► Les mesures de biosécurité doivent bien entendu être strictement appliquées.
► De plus, la collecte de porcs est interdite. Jusqu'en février 2019, le transport individuel était obligatoire, mais il a été assoupli à nouveau : par exemple, le chargement de porcs de différentes exploitations sur le même véhicule pour le transport vers l'abattoir est autorisé.
► Enfin, la surveillance passive est accrue. L'agriculteur doit toujours consulter le vétérinaire, quel que soit le type de symptômes, lors de l'établissement des symptômes cliniques.

Cliquez ici pour un aperçu complet de la situation 

Protocole d’hygiène

Pour contribuer à éviter le pire scénario possible, à savoir la propagation du virus dans les élevages porcins, BFA a développé d'une part un protocole d'hygiène spécifiquement pour la peste porcine africaine, et d'autre part un protocole spécifiques aux matières premières provenant des zones à risque dans la province de Luxembourg.  Ces protocoles ont été suivis de près par les membres de la BFA tout au long de la période de risque.  Avec le rétablissement du statut indemne au niveau européen et international, il sera possible de revenir à la phase 1 du protocole sur l'hygiène dès le début de 2021 et de ramener à des niveaux normaux les mesures du protocole relatives aux matières premières. Toutefois, compte tenu de la menace en provenance de l'Europe de l'Est, la vigilance reste extrêmement importante.  


 Protocole d'hygiène / de biosécurité de BFA

 Annexe 1: mesures d'hygiène en phase 2 et 3  
Annexe 2 : Liste des stations de nettoyage 

 AM du 22/05/2019 modifiant l'arrêté ministériel du 26 septembre 2018 relatif aux mesures d’urgence de lutte contre la peste porcine africaine